Bougnoule bamboula youpin bicot négro journaliste

Dans quelques minutes, à l’arrivée à Saint-Lazare, Arlette Laguiller ne dira pas autre chose. «Les responsables des prix sont identifiables. En Guadeloupe, il y a une douzaine de familles qui rackettent la population avec l’accord du gouvernement. Ces békés (Guadeloupéens blancs, ndlr) ont des amitiés au plus haut niveau de l’Etat français.»

Source : l’Abbération.

Et c’est l’extrême-gauche qui se plaint d’une intervention de l’État ou du « capitalisme à la Française » ? C’est le monde à l’envers. Ou plutôt un trait commun aux religions : la capacité d’ignorer totalement une incohérence flagrante dans son discours.

Sinon on a le droit de dire que tout ça c’est la faute des blancs, bienvenue en France, le pays le plus “antiraciste” du monde !

Par ailleurs je note sur Internet une véritable adoration de la violence de la part des gauchistes de service. Au moins, on voit leur vrai visage.

Après je n’ai absolument aucun avis (à part l’établissement du droit de sécession sans aucune limite) sur ce « conflit » ennuyant au possible, et je m’empresse de refermer ce site dégouttant sur lequel je suis tombé par hasard et je persiste à m’isoler des médias français.

PS : Sur le site, deux pubs pour maigrir, une autre pour « Carla Sarkozy, une des stars les mieux habillées du monde ». Je ne suis pas étonné, ça correspond tout à fait aux lecteurs de Libération ou de journaux en général, i.e. de gros cons superficiels.

Il n’y a pas de syndicats en France

Un syndicat, c’est sensé aider les salariés à négocier avec leurs employeurs. Il les conseille, et permet un meilleur partage de l’information, bref une interaction plus efficace.
En France, on a des prétendus syndicats qui sont déclarés représentatifs par la loi, quel que soit leur nombre d’adhérents (ridiculement faible, et concentré dans les métiers à fort pouvoir de nuisance).
Mais surtout, la plupart des actions de ces “syndicats” ne sont que du chantage politique. Le salarié moyen peut aller se faire foutre, il s’agit juste de défendre une idéologie (qui par ailleurs est nuisible aux salariés et surtout aux chômeurs, mais même si c’était une politique intelligente qui était demandée, ça ne changerait rien au faits que c’est du politique).

Bref, pour le pouvoir d’achat™, il faut des syndicats forts, donc forcément libres, pour nous défendre, pas une bande de petits zizis privilégiés qui n’ont jamais travaillé de leur vie.

Lecteur, tu remarqueras que c’est un des rares écrits politiques où je ne dis pas qu’il faut guillotiner tous les hommes politiques et leur complices journalistes. Normal, je n’ai pas été en contact avec un média français depuis un certain temps.