La SACEM, l’ennemie des artistes

J’ai retrouvé ceci en nettoyant mon inbox :

Nous sommes heureux de pouvoir vous donner des nouvelles au sujet du procès contre la SACEM dont le délibéré a eu lieu le 10 Mars 2009.

ADIPOCERE a été acquitté sur presque l’intégralité du dossier ! Nous devons payé à la SACEM uniquement 278.08 Euros (et non 24278 Euros qu’ils nous réclamait !) pour une poignée de CD Russe apparemment illégaux et détruit depuis (ce sont les CD regroupant souvent 2 Albums sur 1 seul CD, avec 2 pochettes devant). Tous les autres CD sous licence Russe ont donc été jugés légaux comme on l’a toujours déclaré. Le Procureur de la République a également levé ce jour les scellés sur les environ 15000 CD saisis (donc plein de nos Productions et les CD Russes). Donc nous allons pouvoir de suite remettre tous ces CD en vente tout à fait légalement.

Un grand merci à toutes les personnes nous ayant toujours soutenu (y compris des groupes que nous avions produits et dont les CD avaient été saisis comme FURIA, ELLIPSIS, BEYON-d-LUSION) durant ces presques 2
années assez pénibles, et désolé pour tous ceux qui en ont profité pour nous vomir dessus sur divers forums. La vérité est enfin sortie, alors faites là circuler !

Si je comprends bien, la police a saisi 15000 CDs pour quelques CDs distribués par Adipocère. Bref, si les CDs étaient illégaux, c’était même pas leur faute. La SACEM voulait-elle vraiment protéger les artistes, ou plutôt embêter un label indépendant un peu trop dérangeant ? En plus, Adipocère n’est pas qu’un distributeur, c’est aussi un producteur ; à priori, pas le genre à faire dans la transgression de copyright.

On voit aussi toute l’illégitimité des saisies de la police : pendant deux ans, Adipocère et ses artistes saisis ont été privés de revenus. Est-ce que la SACEM ou la police remboursera le préjudice subi ? Comme d’habitude, non. Certains diront qu’ils ont eu de la chance que la police daigne leur rendre quoi que ce soit.

Dans un monde libre, dans le cas où la police aurai saisi par erreur, elle devrait être condamnée à rembourser le préjudice subi. Car il n’y aurait dans ce cas aucune différence avec un vol ; être de la police ce n’est pas être au dessus du Droit.

Gallhammer

Gallhammer is an all girl Black/Doom/Crust band from Tokyo, Japan.

Wow. Cute Japanese girls playing doom metal? I expected to LOLWTF, but I didn’t. Actually they sounded quite good. Moreover, they have a dead tree on their CD cover, and while it’s a big doom cliché, I fucking love dead trees. Well, by looking at the promo pictures it seems they invented some sort of “visual doom”, however they don’t look that ridiculous (not compared to some Norwegian true black metal band I will not name, but compared to the Japanese+women combo).

Let’s not forget the lineup:

Mika Penetrator – vocals, guitars
Vivian Slaughter – vocals, bass
Risa Reaper – drums, vocals

If you want to discover other extreme metal female vocalists, you should get this dusty but still good compilation.

SNCF, le super combo

C’est la fête à la SNCF, aujourd’hui : bébé qui pleure (un classique, même si celui-là semblait vraiment se tordre de douleur) + chien-chien à sa mémère. La petite fille et ses “dis maman” incessants était presque une musique douce à côté. Heureusement que je n’étais pas trop près des deux, mais je plains ceux qui étaient entre (particulièrement les éventuels migraineux, allergiques et/ou chientophobes). En tout cas, si les voitures “IDzen” (bruit interdit) des trains IDTGV sont toujours pleines, c’est à raison. Enfin tout ça, comme je l’ai déjà dit, c’est la raison pour laquelle Dieu (enfin, Satan) a inventé le black metal.

J’ai passé une demi-heure à essayer de comprendre pourquoi Rockbox plantait, et je pense avoir trouvé : il n’a pas dû aimer le dossier appelé ¥Π¥, composé uniquement de splendides caractères utf-8 (sur une partition FAT, ce qui n’arrange rien). Je crois que je vais passer à une version plus récente.
Pour ceux qui ne le savent pas, Rockbox est une application géniale qui permet à mon iPod (mais il n’y est pas réservé) de lire des fichiers Ogg, Flac, etc. et aussi d’envoyer ce que j’ai écouté à Last.fm.

Post écrit en direct du train, mais évidemment publié plus tard (déjà qu’il n’y a pas de prises électriques dans les TGV, on va pas demander à avoir Internet).
Je te laisse chérie, ça va couper.