Il n’y a pas de syndicats en France

Un syndicat, c’est sensé aider les salariés à négocier avec leurs employeurs. Il les conseille, et permet un meilleur partage de l’information, bref une interaction plus efficace.
En France, on a des prétendus syndicats qui sont déclarés représentatifs par la loi, quel que soit leur nombre d’adhérents (ridiculement faible, et concentré dans les métiers à fort pouvoir de nuisance).
Mais surtout, la plupart des actions de ces “syndicats” ne sont que du chantage politique. Le salarié moyen peut aller se faire foutre, il s’agit juste de défendre une idéologie (qui par ailleurs est nuisible aux salariés et surtout aux chômeurs, mais même si c’était une politique intelligente qui était demandée, ça ne changerait rien au faits que c’est du politique).

Bref, pour le pouvoir d’achat™, il faut des syndicats forts, donc forcément libres, pour nous défendre, pas une bande de petits zizis privilégiés qui n’ont jamais travaillé de leur vie.

Lecteur, tu remarqueras que c’est un des rares écrits politiques où je ne dis pas qu’il faut guillotiner tous les hommes politiques et leur complices journalistes. Normal, je n’ai pas été en contact avec un média français depuis un certain temps.

1 Response to “Il n’y a pas de syndicats en France”


  • Il est clair que les syndicats (SUD, CGT…) s’agitent beaucoup alors que finalement ils ne représentent qu’une infime partie des travailleurs : où est donc leur légitimité ?

    En France, il y a d’ailleurs une tradition de faire d’abord greve et de discuter après. Un peu l’inverse de l’Allemagne où la greve est vraiment le dernier recours car les relations entre syndicat et patronat sont permanentes et plus sereines.

Leave a Reply